Fibre et matériel textile

Fibres alternatives : Débris de plastique, filets fantômes et bouteilles en PET :

La jeune marque Jan ‘n June a été l’une des premières à faire quelque chose à ce sujet : elle produit des robes merveilleusement fluides composées de 65 % de polyamide recyclé. Jan ‘n June fait fondre des déchets de plastique, les transforme en nouveaux fils et les mélange avec 35 % de spandex. Depuis quelques années, Adidas vend également des baskets et des vêtements de sport fabriqués à partir de déchets de plastique recyclés provenant des océans. De nombreux autres fabricants, dont H&M, vendent désormais des vêtements fabriqués à partir de bouteilles en PET recyclées ou d’autres déchets plastiques. Le seul inconvénient est que personne ne sait exactement quels polluants se trouvent dans ces déchets.


Fibres de soja :

Les fibres sont également de plus en plus produites à partir du soja. Les fibres protéiques, douces comme du beurre, peuvent très bien absorber l’humidité et sont obtenues à partir des déchets de la production de tofu, de lait de soja et d’huile de soja. Le soja, cependant, présente deux problèmes sérieux : il est presque toujours génétiquement modifié – et la forêt tropicale est victime des vastes zones de culture du soja. Ainsi, lorsque vous achetez des vêtements fabriqués à partir de fibres de soja, veillez à rechercher des sources durables.

Fibres alternatives : L’éponge de liant : Un nouveau venu sur le marché des fibres est aussi un vieux chapeau : l’éponge de liant. Depuis 2017, une entreprise fabrique du cuir végétalien à partir de ce champignon arboricole. Il est utilisé pour fabriquer des casquettes en cuir ou pour l’industrie de l’impression textile, des bracelets de montre ou des portefeuilles qui semblent avoir été fabriqués à partir d’une vieille selle de cow-boy. Mais le matériau est d’une douceur veloutée.


Fibres Chanvre :

Le chanvre est une plante extrêmement productive et facile à cultiver, qui ne nécessite pas de pesticides et peu d’eau. Les anciens Egyptiens utilisaient déjà la fibre pour les textiles. Le chanvre peut absorber plus d’un tiers de son poids en humidité, soit beaucoup plus que le coton. Et reste donc dense et résistant aux déchirures pendant très longtemps. Il est temps de prêter à nouveau attention à cette fibre écologique comme alternative au coton.
Fibres alternatives : Pelures de banane, maïs, soie d’araignée et carapaces de crabe :

Il est désormais possible d’obtenir des fibres à partir de toutes ces matières premières végétales et animales – souvent avec d’excellentes propriétés. La soie d’araignée, par exemple, est plus résistante que l’acier et plus souple que le spandex. Le maïs est utilisé pour fabriquer des fibres pour les équipements de plein air et de sport, et même les plants de bananes et les carapaces de crabes peuvent être transformés en textiles portables. La nouvelle viscose, pour ainsi dire, a été fabriquée à partir des déchets de l’industrie alimentaire, bien qu’avec des procédés parfois complexes. Il reste cependant à voir dans quelle mesure ils s’implanteront sur le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *